« Prince de l’éternité » de Lisa Kleypas

 

Prince de l'éternité - Lisa Kleypas

Note : ♥

Fiche de Lisa Kleypas

 

Titre : Prince de l’éternité

Auteur : Lisa Kleypas

Année : 1995

Éditions : J’ai lu / Aventures et passions/1997

_______________________________________________________________

Titre : ♥

Cohérent avec l’histoire.

Couverture :

On dirait un mannequin avec une perruque…La photographie est cependant assez esthétique et nous donne l’atmosphère sans nous imposer un visage.

Style : ♥

Bon style.

Intelligence :

Lisa Kleypas nous a habituées à mieux. L’idée de l’histoire est bonne, la trame est assez bien bâtie. Le récit passerait très bien en film. Moins en livre à mon sens. Rien d’extraordinaire dans ce livre à part l’originalité de l’histoire.

Humour : ↓

Ce n’est pas un livre drôle du tout. le ton est même triste, mélancolique, voire dérangeant.

Love :

Une belle histoire d’amour mais teintée de souffrance. Dommage. Les personnages sont torturés, trop complexes. Le Prince montre une personnalité lunatique. Et l’histoire d’amour est dévorée par le passée sordide du héros.

Sexe :

Plusieurs scènes dans le livre.

Dialogues :

Rien d’original dans les dialogues.

Rythme :

Bon rythme mais irrégulier. Grande partie « à vide » quand il y a le flash back. A ce moment là, l’envie poignante de sauter des pages nous envahit. c’est long et on s’ennuie.

Intrigue :

On se demande où veut en venir l’auteur avec la vie antérieure du Prince. Lisa Kleypas  se réserve quelques mini rebondissements concernant le rapport de l’héroïne avec son ancien amoureux et un certain cambriolage.

_________________________________________________________

L’histoire

Protagonistes :  Lucinda Snow / Gerald Claremont

Résumé de l’intrigue : 1877 – Emma Stokehurst fait tapisserie dans toutes les soirées mondaines. Elle ne pense qu’à ses animaux et à Lord Millbank que son père refuse qu’elle épouse et qu’elle voit en cachette dans les bals. De son côté, le prince Nicolas Angelovski est  persuadé qu’elle est la femme de sa vie et convainc Adam Millbank de ne plus s’intéresser à Emma qu’il séduit et épouse dans la foulée. Mais bientôt, le Prince est dévoré par la peur d’aimer et son passé.

____________________________________________________________

Le livre en un mot : Dès le départ, ça cloche. L’héroïne est hyper complexée et rabâche ses complexes en boucle, c’est pesant : « je suis moche », « je suis quelconque », « comment peut-il m’aimer », « personne ne s’intéresse à moi, alors pourquoi lui ». Elle s’en plaint même au héros. Personne n’a envie de s’identifier à ce genre de femme dans un livre (même si ça peut être le cas dans réalité). L’histoire d’amour est très belle, la personnalité du Prince attrayante. Mais le héros vit dans un passé sordide. Ou plutôt dans deux passés sordides : sa torture en Russie, mentale et morale, et sa vie antérieure où il est mort au cachot. Pour ceux qui ont des vies ennuyeuses ou qui sont un brin maso, peut-être que ce contexte peut les attirer, pour celles qui ont souffert ou qui aiment la gaieté, c’est le rejet du côté glauque. Pire, le Prince s’interdit d’aimer. Il ne veut pas aimer, ne sait pas aimer. Le personnage est trop compliqué et contradictoire. D’un côté il est sûr de lui et insolent, de l’autre, rongé intérieurement. Dommage, l’idée de l’histoire est à la base très bonne. Le côté méchant du Prince n’a pas plu à nos testeuses n’ont pas aimé non plus le fait qu’il n’y ait aucun humour dans le livre. L’auteur serait-elle aussi allée trop loin dans la façon dont le Prince rejette l’héroïne ? L’idée de l’enfant bâtard du prince adopté par l’héroïne n’a pas séduit non plus l’équipe de lectrices. cette situation est trop « miroir » avec la réalité et les familles recomposées. Et puis cela s’ajoute aux « casseroles » pour ne pas dire échecs de la vie du Prince…

De mon côté, j’ai trouvé le flashback dans l’ancienne vie du Prince sous Pierre Legrand très très pesant. A tel point que j’ai fini par le lire en lecture rapide. Ce flash back est pour moi beaucoup beaucoup trop long. On s’ennuie.

Pourtant l’équipe d’In the mood for love adore la Russie et s’est même rendue à Saint Petersbourg.

Pour nous, c’est le livre parfait pour un film.

Un autre livre de Lisa Kleypas a été écrit avant celui-ci et reprend certains personnages : L’ange de minuit. (voir la fiche)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.