Un ange diabolique de Julie Garwood

 
Julie Garwood - Les espions de la couronne - Un ange diabolique
Julie Garwood – Les espions de la couronne – Un ange diabolique

Note : ↓

  (Note de Mlle Rose)

Catégorie : Littérature sentimentale / Romance Historique / Régence (1815)

Titre : Un ange diabolique

Série : Les espions de la couronne – Volume 2

Auteur : Julie Garwood

Année : 1990

Éditions : J’ai Lu / Aventures & Passions / 1991

_______________________________________________________________

L’histoire

Protagonistes :  Jade-le pirate Lucifer / Caine – le marquis de Cainewood

Résumé : Le marquis de Cainewood recherche le pirate Lucifer pour exercer sa vengeance car ce dernier a tué son frère Colin. Rien ne parvient à faire sortir de sa cachette le célèbre pirate. Cainwood décide alors de se faire passer pour lui et fait circuler le bruit que tous les soirs, Lucifer est à l’auberge du Chat Noir. Bien joué car le pirate montre enfin son nez, sous des traits bien éloignés de ce qu’aurait pu imaginer Cainwood. Mais Lucifer n’est pas sorti de sa tanière à cause de Cainwood. Cainwood et Lucifer sont tous deux en danger.

____________________________________________________________

EN UN MOT, « Un ange diabolique » de Julie Garwood :

Une énorme déception. 442 pages d’ennui. J’ai eu l’impression de lire le travail d’une débutante en littérature. Les maladresses s’enchainent tant dans le fond que dans la forme. De mon point de vue, le livre fait très amateur et multiplie les erreurs de débutant : mauvaise circonscription du tempérament des héros (ce qui donne lieu à des incohérences grotesques dans les dialogues et les attitudes), problèmes de rythme constants, répétitions continues, dialogues inutiles, accumulations d’invraisemblances, actions que l’on attend et qui  ne viennent pas et surprises qui finissent comme des pétards mouillés.

Pourtant, les premières pages étaient diablement bien écrites, avec un style très littéraire, l’idée de départ était ingénieuse et laissait présager d’un livre avec des dialogues pertinents, des coups d’éclat dans les réparties, de l’action et du suspens.

A mon sens, rien de ce cela n’a été livré au lecteur.

Je n’ai lu le livre en entier que pour écrire cette critique. Je n’en pouvais plus et devenais de plus en plus irritée au fur et à mesure de la lecture. Ce fut mon Kho-lanta !

Une de mes comparses du blog n’a, quant à elle, pas pu le finir…

Ma dernière impression est celle d’un livre très confus, où l’on ne comprend pas tout au final tellement c’est un marasme de dialogues stériles. On en perd le fil des intrigues.

Les points forts : une bonne idée de départ qui donne vraiment envie de lire le livre.

Les points faibles : des longueurs inutiles dès le commencement avec des dialogues qui trainent en longueur et se répètent. Aucun humour. Aucune impertinence. On ne comprend pas où veut en venir l’auteur. C’est brouillon. Les 120 premières pages auraient pu être facilement  réduites à 30 ou 40.   Parfois, les dialogues frisent le ridicule et les personnages semblent même « caricaturaux ». Psychologiquement, le livre est plombé d’invraisemblances. Notamment au niveau du caractère de l’héroïne. Ses réflexions ne collent pas avec une femme pirate, cambrioleuse et qui a l’habitude de se maîtriser et de jouer avec les limites des interdits, une femme qui a l’habitude d’évoluer dans un milieu d’hommes. Elle a même l’air parfois complètement nunuche.

____________________________________________________________

EN DETAIL, « Un ange diabolique » de Julie Garwood :

♥  LE LIVRE VISUELLEMENT :

Titre : ♥

Un bon titre, mais qui laisse tout de suite entrevoir la surprise que l’on dévoile à la fin du premier chapitre : le pirate Lucifer est une femme qui ressemble à un ange et se présente au Marquis de Cainewood.

Couverture : ♥♥♥♥

Vraiment magnifique. Un bémol cependant en ce qui concerne le rouge à lèvre, réservé à cette époque aux filles d’un certain milieu… la cape brodée est très belle. les yeux photoshopés pour devenir émeraude comme l’héroïne ont été travaillés très professionnellement. C’est un beau clin d’oeil à l’héroïne. Le résumé en 4e de couv ne donne en revanche pas l’envie de lire le livre.

♥  DÉCRYPTAGE DU RECIT :

Histoire : ♥

D’énormes problèmes de cohérence dès le début du livre.

Pour n’en citer que quelques uns : le marquis de Cainwood fait circuler l’information que le pirate Lucifer est présent tous les soirs à l’auberge du Chat Noir. La région entière est au courant, mais la couronne qui cherche avidement le pirate n’envoie pas même un policier sur place (Cainwood fait partie des services secrets, pas de la police). Etrange, non ?…encore plus étrange que personne ne l’ait dénoncé connaissant la misère qui régnait à cette époque quand le marquis de Cainwood offrait une forte récompense.

De plus, mais passons sur ce détail, il est difficile d’imaginer que l’information sur le sexe de Lucifer n’ait pas fuité compte tenu de sa notoriété.

Ces incohérences ne se situent qu’au début du livre. Le livre en est truffé. Tous les récits de romance en ont, mais quand c’est un amoncellement, l’histoire a du mal à passer au bout d’un moment.

L’auteur laisse trainer trop d’incohérences et d’interrogations tout le long du livre.

Style : ♥

Bon démarrage les premières pages avec un style très littéraire. Style sans relief ensuite.

Intelligence :

Rien qui permette à ce livre de sortir véritablement du lot. Nous nous étonnons qu’il ait été un best seller.

Humour :

Inexistant ou très très lourd.

Les personnages : ♥

Jade/Lucifer : Une héroïne construite sur des paradoxes qui ne tiennent pas debout : elle est sensée savoir ce qu’elle veut, n’avoir peur de rien. Elle affronte même sa phobie de l’eau pour sauver la vie de deux personnes en plongeant dans un océan infesté de requins, elle a failli être tuée à cheval et s’extirpe seule d’une voiture en feu. Et à côté, elle semble complètement ingénue, à se poser des questions existentielles qui ne collent pas avec sa personnalité. On a l’impression qu’elle plane complètement parfois.

Et dans les dialogues, elle est tellement horripilante…

Caine : on a compris qu’il était beau. l’héroïne le répète sans cesse. Il a l’air sûr de lui, on apprécie ce trait de caractère. Il est courageux, fonceur. Avec l’héroïne, il se comporte parfois  en macho. On lui pardonne toutefois. Mais parfois, il manque vraiment de raffinement dans sa conduite ou ses réparties. Il fait parfois « brut » de décoffrage.  Il reste cependant sympathique.

Les personnages secondaires : à part le majordome, Stern, aucun ne sort du lot.

L’histoire d’amour :

La trame amoureuse : Jade/Lucifer utilise la faille du caractère de Caine pour l’entrainer dans son plan : jouer les faibles femmes en détresse et susciter son aide. Le plan marche si bien que devant cette femme aux yeux émeraude, le héros, fort et viril succombe et va chercher à la protéger au péril de sa vie.

Sexe : ↓

Quelconque.

Dialogues : 

Beaucoup de dialogues répétitifs, de prises de tête entre les deux héros, de « nunucheries ».

Rythme :

Un peu de rythme au début. Après le livre n’est plus que longueurs, quasiment jusqu’au chapitre 16 (le dernier).

Intrigue :

1 intrigue amoureuse.

1 intrigue policière.

1 intrigue sur qui est Lucifer

A vous de laisser votre avis !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.