Interview Margaret Calpena de J’ai Lu pour Elle Aventures & Passions

Interview Margaret Calpena de J’ai Lu pour Elle Aventures & Passions

 

La Romance historique offre à ceux qui le souhaitent une parenthèse de bonheur parfumé aux essences d’amour et de sensualité. Mais pour que nos cœurs soient transportés dans l’Histoire et qu’ils palpitent le temps d’une lecture, une question subsiste : par quel mystérieux processus ce récit nous est-il parvenu sur le marché français ? Par quelle magie le manuscrit aboutit-il à sa version définitive et au livre que vous tenez entre vos mains ? Margaret Calpena, responsable éditoriale pour le choix des sélections J’ai Lu Aventures&Passions, collection emblématique de la Romance Historique en français, nous en dit un peu plus sur l’envers du décor d’une sélection de Romance historique…

Blog In the Mood for Love : Au sein de J’ai Lu Aventures&Passions, quelle est tout d’abord la stratégie adoptée pour la sélection des œuvres ?

Margaret Calpena : Bien entendu, la qualité prime pour effectuer la sélection. Outre la réédition des « valeurs-sûres », comme les ouvrages de Pamela Clare par exemple, nous choisissons l’édition des manuscrits selon plusieurs facteurs. Nous restons tout d’abord fidèles aux grands noms de la littérature sentimentale comme Suzanne Enoch ou Teresa Medeiros, puis nous sélectionnons également de nouveaux auteurs à succès à l’instar de Heather Snow. Mais les coups de cœur sont toujours possibles, comme ce fut le cas pour le cas pour les livres d’Elizabeth Hoyt. Notre sélection s’effectue principalement sur le marché américain, en scrutant internet ou grâce aux agents, qui, le plus souvent, nous envoient les livres des auteurs qu’ils représentent. Après lecture, la décision demeure collégiale car nous travaillons de concert avec une équipe de lectrices aguerries et nous échangeons avant de statuer sur un livre.

Blog In the Mood for Love : Vos critères de sélection évoluent-ils ?

Margaret Calpena : Le regard change indubitablement au fil des ans. La littérature sentimentale, elle-même, a su évoluer concomitamment à l’évolution sociale et féminine. Nous sommes respectueux de cette évolution et nous nous adaptons. La manière d’écrire a changé autant que la manière d’aborder la relation amoureuse, moins violente. Nous entretenons par ailleurs beaucoup de rapports avec nos lectrices, et nous échangeons également régulièrement. Cette démarche permet d’aiguiser notre sens de la sélection. Comme nous n’avons pas de profils types de lectrices, nous nous devons d’être diversifiés.

Blog In the Mood for Love : Une fois la sélection effectuée, le travail de traduction débute…

Margaret Calpena : En effet. Nous respectons le manuscrit anglais. Il n’y a pas de coupures de chapitres ni de passages. En revanche, la langue anglaise s’avère extrêmement plus répétitive que la langue française. Par conséquent, nous devons parfois réadapter le récit. Les traductrices effectuent un travail remarquable. Les scènes érotiques sont également décrites différemment en anglais qu’en français. Culturellement, on ne tend pas à les décrire de la même façon. C’est ce qui pose le plus de problème pour la traduction. En version anglaise, les scènes sont plus « graphiques » qu’en français.

Blog In the Mood for Love : Qu’en est-il du titre ?

Margaret Calpena : Il est excessivement difficile de trouver un titre français. Les traducteurs nous aident également pour réaliser ce tour de main. Tout d’abord parce qu’il faut s’assurer qu’il n’a pas été pris pour un autre livre. Nous essayons ensuite de rester au plus près du titre anglais. Cependant, l’anglais permet des jeux de mots qui ne se révèlent pas toujours heureux en français, ce qui complique la traduction. D’autre part, nous essayons également de coller à l’histoire. Pour le titre du premier livre d’Elizabeth Hoyt notamment, pour la série des Trois Princes, j’avoue que la tâche fut des plus ardues ! Mais cela fait partie du jeu !

Blog In the Mood for Love : La couverture arrive en dernier ?

Margaret Calpena : Nous travaillons avec un studio intégré aux éditions avec deux personnes dédiées au sentimental. Nous remplissons une fiche d’illustration, puis on échange avec les personnes de la créa qui nous proposent des visuels. Nous effectuons ensuite des réunions auxquelles même la directrice de J’ai Lu participe !

Blog In the Mood for Love : Comment envisagez-vous l’avenir de la littérature sentimentale ?

Margaret Calpena :La Romance historique était déjà clairement précurseur des mouvements qui ont émergé il y a quelques années tels que le fantasy, le paranormal, le soft porno, etc. Tous ces éléments étaient déjà abordés dans le Roman historique. D’une certaine façon, cette littérature était visionnaire. Il faut savoir que le sentimental historique constitue le cœur des ventes de J’ai Lu pour elle, incontestablement le secteur leader de nos éditions. Actuellement, la littérature sentimentale est à un tournant fort, de par l’explosion du contemporain. Mais la romance historique est un marché qui demeure stable. Ce marché s’est ouvert aux auteurs français avec la série Les sœurs Charbrey de Cassandra O’Donnel. Florence Lottin est en charge de cette nouvelle sélection qui dévoile enfin des histoires dans de nouveaux contextes historiques, comme dans la série Le Lys Pourpre qui se déroule sous la Révolution française, ou encore le prochain roman de Cécilia Correia « Le manuscrit proscrit de Nur Jahan » (à paraître au printemps 2015). Ces ouvrages seront disponibles en version e-book également.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.