Pluie de baisers de Julia Quinn

 

 

Pluie de baisers de Julia Quinn

Note : ♥♥1/2

La déception…

(Note de Miss Champagne)

Série : Le quartet des Smythe-Smith – tome 3
Année : 2013
Traduction : Léonie Speer
Tire original : The sum of all kisses
Éditions : J’ai lu aventures et passions / 2017 Contexte : Régence
Ton : 100% romantique
Profil du héros : aristocrate
Epoque : 19e Pays : Angleterre


Résumé officiel  (J’ai Lu pour elle – Aventures et passions):

Après trois saisons, lady Sarah Pleinsworth se morfond d’être toujours célibataire. Le mariage de sa cousine pourrait être l’occasion de dénicher un époux, mais décidément elle joue de malchance car son voisin de table n’est autre que Hugh Prentice. L’homme qui a causé l’exil de son cousin Daniel et semé la zizanie dans sa famille. De son côté, Hugh ne peut pas souffrir Sarah, qu’il juge exaltée et outrancière. La noce promet d’être gaie…

Pourtant, il suffira de quelques baisers pour faire voler en éclats tous les à priori et éveiller une passion dont ils seront les premiers surpris.

Avis :

Ce nouveau Julia Quinn est loin de rivaliser avec les chefs d’oeuvres anciens de l’écrivaine à succès.

Le talent de l’auteure se tarirait-il ?

Dernièrement, nous avons été très surprises par les histoires assez moyennes de l’icône de la romance historique.

Ce dernier récit – l’histoire de Hugh que l’on attendait avec impatience – peut être considéré comme bon en termes d’histoire, d’idées. Mais la mise sur papier nous est apparue décevante. Le début annonce un récit plein d’entrain, puis s’ensuit une période sans fin où l’héroïne soigne le héros sur près d’une centaine de page. C’est long, très long, monotone, le rythme est brisé et le lecteur s’ennuie. L’action revient enfin en toute fin de roman, avec le père du héros qui tente de piéger l’héroïne mais nous n’en dirons pas plus afin de préserver le suspense.

Tout avait pourtant bien commencé. Lady Sarah haïssait Hugh qu’elle jugeait responsable de son célibat. La vengeance était une bonne idée sur laquelle bâtir la trame.

Mais nous avons trouvé l’héroïne très agressive, vindicative en début de roman. Cette attitude a beaucoup desservi le roman.

Le profil du héros en revanche est très plaisant. Il est intelligent. On subit sa souffrance, celle de sa jambe handicapée. Il se distingue par son intelligence, ses réparties. Mais il est un peu trop effacé. Plus d’audace aurait joué en sa faveur.

Malgré cela, sa personnalité ne sauve pas le roman qui prend l’eau pendant toute la partie où il manque mourir.

Il faut avouer que Julia Quinn ne l’a pas épargné. Il est handicapé d’une jambe et elle le fait presque mourir avec des description peu ragoutantes.

Ce livre, vous l’imaginez bien, manque de légèreté. Il manque aussi de scènes de séduction, d’échanges un brin impertinents. La naissance de l’amour se fait simplement quand elle le soigne, par la création du lien de complicité entre eux. On attendait plus. Surtout de la part d’une telle auteure.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.