Suzanne Enoch - le héros des Highlands

Le héros des Highlands de Suzanne Enoch

 

Suzanne Enoch - le héros des Highlands

Le héros des Highlands de Suzanne Enoch

Note : ♥♥ – Moyen

(Note de Mlle Champagne)

Série : Les héros – Tome 1
Année : 2016
Traduction : Agathe Nabet
Tire original : The Legend of Lyon Redmond
Éditions : J’ai lu aventures et passions / 2018 Contexte : Ecosse
Ton : 100%inlove
Profil du héros : officier/aristocrate
Epoque : 19e
Pays : Angleterre


Résumé officiel  (J’ai Lu pour elle – Aventures et passions):

Le major Gabriel Forrester a voué sa vie à l’armée. C’est pourquoi il apprend sans grand enthousiasme qu’il est le nouveau duc de Lattimer. Pourtant, conscient de ses responsabilités, il prend la route des Highlands pour inspecter son domaine et découvre que celui-ci est géré par une femme !

Comme toute Écossaise, Fiona Blackstock déteste les Anglais. Elle considère Gabriel comme un usurpateur et défie son autorité. Il faut se débarrasser au plus vite de cette petite frondeuse. Mais les yeux noirs de la jeune femme et son tempérament volcanique ne tardent pas à embraser le désir du militaire.

Résumé du blog :

 

Gabriel, officier sous les ordres de Wellington, hérite d’un duché en Ecosse. Quand il décide de s’y rendre avec son aide de camp pour quelques temps, rien ne se passe comme prévu. Ses conseils le lui avaient bien dit : il y a un problème avec la propriété de Lattimer, le régisseur refuse d’envoyer des documents.

Quand il arrive, ce n’est pas un régisseur que Gabriel découvre, mais une régisseuse…qui a un fort caractère et n’hésite pas à le remettre à sa place, lui le nouveau duc.

 


Avis :

Après un bon départ comme sait les écrire si bien Suzanne Enoch, le livre s’essouffle très vite. les longueurs s’amoncellent, le rythme ne décolle pas et la trame demeure confuse.

Le héros perd très vite de sa superbe. Quant à l’héroïne, dès sa présentation, elle nous est apparue extrêmement mal élevée, grossière et vulgaire. Jusqu’au bout du récit, nous peinons à nous mettre à sa place, à comprendre pourquoi elle a telle ou telle attitude, telle ou telle parole à l’égard du héros.

Deux rebonds à noter dans le livre : le premier quand le héros est acculé et risque de tout perdre, ses terres et ses gens en raison d’un duc  dont il dépend. Puis ensuite lorsqu’il parvient à ouvrir les yeux du duc et que le « méchant » de l’histoire est découvert.

Certaines scènes auraient pu devenir cocasses, notamment la scène des marais avec la vache en tout début de récit, mais Suzanne Enoch en a fait une scène qui met mal à l’aise. En effet, l’héroïne s’avère insultante à l’égard de l’homme qui pense lui sauver la vie : le héros. Rien dans cette scène ne nous est au final apparu drôle. Nous déplorons un livre lourd, pesant, finalement aux antipodes de ce qu’écrit Susanne Enoch habituellement et très ennuyeux.

Dommage…Même les plus grands auteurs peuvent avoir des coups de mou ou écrire des oeuvres qui touchent moins les lecteurs.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.