Sarah MacLean- Le colosse venu d'Ecosse

Le colosse venu d’Ecosse de Sarah MacLean

 

Sarah MacLean- Le colosse venu d'Ecosse

Le colosse venu d’Ecosse de Sarah MacLean

Note : ♥♥

Une héroïne obtuse et des longueurs

(Note de Miss Champagne)

Série :  Les soeurs Talbot – Tome 2
Année : 2016
Traduction : Paul Bénita
Tire original : A Scot in the Dark
Éditions : J’ai Lu Aventures et Passions / 2018 Contexte : Scandale, peinture, art
Ton : 100% romantique
Profil du héros : aristocrate, écossais
Epoque : 19e
Pays : Angleterre


Résumé officiel  :

Alec Stuart, duc de Warnick, déteste Londres où sa taille herculéenne et ses manières peu raffinées détonnent au sein de la bonne société – qui l’a surnommé le Duc dégénéré. Il est donc furieux de quitter sa chère Écosse pour récupérer une pupille dont il ignorait l’existence. La petite sotte s’est laissé compromettre par un artiste ! Alec a déjà une solution expéditive pour régler le problème : il va marier cette Lily au plus vite, et peu importe à qui. Mais ça, c’est ce qu’il pensait avant de se retrouver face à cette rousse incendiaire, qui mérite bien son titre de « plus belle femme d’Angleterre »…

Résumé du blog :

Alec Stuart a hérité du duché voilà 5 ans. Il ne le souhaitait pas au prime abord mais s’en est accommodé. Toutefois, il n’était pas informé par son notaire qu’il héritait par là même d’une pupille, et c’est suite à un scandale qu’il fait sa connaissance. Mais voilà, elle est magnifique. Et il succombe rapidement à cette beauté. Malgré tout, il tient ses distances afin de contenir son désir, car il doit la marier au plus vite pour lui racheter une réputation. Alors qu’elle le hait, Lillian finit par céder elle aussi au charme de l’écossais. Ce dernier, au bord de la crise de nerfs devant une pupille fort désobéissante, ne lâche rien et fait tout pour faire oublier qu’elle a été la maîtresse d’un artiste pour qui elle a posé nue.

 


Avis :

Forcément, pour un Sarah MacLean, nous avons été déçues.

L’auteure tourne très longuement en rond pendant les 2/3 du livre.

Alors que la solution paraît évidente – dérober le tableau pour qu’il ne soit jamais présenté, ou faire pression en tant que Duc pour qu’il soit retiré de l’exposition –  le héros et l’héroïne se triturent les méninges et se morfondent.

A la fin du livre, une étincelle jaillira enfin et ils décideront de le voler. En attendant, on tourne en rond : le héros veut marier sa pupille et elle ne veut pas. Il se fâche une fois, deux fois, trois fois, etc…

Même si Sarah MacLean possède du talent, celui-ci ne parvient pas à éviter toutes les longueurs répétitives de l’histoire. Les soeurs « s » nous apparaissent comme très mal élevées. C’est un peu irritant à la longue, et le duc comme quelqu’un d’adorable aux nerfs d’acier pour supporter une pareille pupille.

Certains passages nous semblent incohérents : le duc veut détruire le peintre et sa réputation mais ne fait que lui asséner des coups de poing alors qu’il pourrait l’anéantir grâce à ses contacts et son statut.

Le livre se lit bien et facilement.

Un bon moment à passer, comme toujours avec Sarah MacLean, mais pas un livre spectaculaire pour autant.

Bonne lecture !

 

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *