Lady Isidore d’Eloisa James

 

Eloisa james - Lady isidore

Lady Isidore d’Eloisa James

Note : ♥♥♥

Un récit mitigé

(Noté par Mlle Rose)

 

Fiche d’Eloisa James

 

  • Série : Les duchesses – Tome 4
  • Titre original : When the duc returns
  • Année : 2008
  • Traductrice : Maud Godoc
  • Éditions : J’ai Lu / Aventures & Passions / 2015
  • Contexte : Londres
  • Ton : 100% romantique
  • Profil de héros : Aristocrate
  • Pays : Angleterre
  • Période : 18e siècle
  • Protagonistes :  Isidore / Siméon, duc de Cosway

 

Résumé officiel

— J’ai épousé un monstre ! se lamente lady Isidore Cosway auprès de ses amies.

Son mari, qu’elle a épousé par procuration à l’âge de douze ans, est enfin rentré d’Afrique. Et il est superbe – du moins si l’on aime le style sauvage aux cheveux longs. Mais il se refuse à l’honorer. Car ce baroudeur adepte de la méditation et du contrôle de soi est prêt à annuler le mariage s’ils ne sont pas faits l’un pour l’autre. Toutes ces fadaises désespèrent Isidore qui ne sait qu’une chose : à vingt-trois ans, elle est toujours vierge ! Peut-on lui reprocher d’être curieuse ? Non ! Alors puisqu’un mariage consommé ne peut être annulé, c’est décidé : d’une manière ou d’une autre, son nigaud de mari tombera dans son lit…

__________________________________________________________

Notre Avis sur ce livre :

Lady Isidore d’Eloisa James

L’histoire est originale : un duc parti courir le monde, principalement en Afrique, marié par procuration, contraint de revenir et d’honorer ses engagements.

Bien entendu il tombe amoureux contre toute attente de celle qui lui est promise et qu’il avait délaissée, Lady Isidore. Le duc revient avec des coutumes bien singulières pour une Angleterre guindée. Il doit également faire face à un monceau de problèmes à son retour : l’avarice de sa mère, une demeure envahie par la pestilence en raison d’une fosse septique non curée qui déborde, des factures impayées depuis 8 ans, etc…

Le duc semble au départ complètement dépassé par un domaine non entretenu pendant son absence en dépit de revenus conséquents.

L’histoire entre le duc Siméon et Isidore tarde néanmoins à décoller. Il faut presque attendre la page 180 pour que l’héroïne commence à se révéler et que leur relation commence à évoluer.

Le duc pense avoir affaire à une jeune épouse douce et docile. Il n’en est rien.

Des années d’attente, des voyages en Europe et un domaine personnel à gérer ont renforcé le caractère d’Isidore. Et cela ne plaît pas au duc du tout.

Malheureusement souvent le duc préfère les silences aux échanges. L’auteur ne nous régale pas de superbes dialogues mais nous expose duc qui s’efface trop facilement face à sa mère et sa femme. Toutefois, il reprend en vigueur au cours du récit.

La belle-mère d’Isidore est insuportable, et l’on est bien heureuses quand Eloisa James l’envoie loin du couple chez sa soeur. Trop mise en avant dans le récit, elle gâche un peu l’histoire. L’attaque de l’héroïne et de sa belle-mère par les trois gaillards qui nettoient la fosse septique n’est pas du meilleur rebondissement non plus.

Evidemment, l’intrigue amoureuse principale est forcément éclipsée par celle de Jemma qui frémit en trame de fond et que l’on attend avec impatience dans le prochain tome, Jemma dont la personnalité et l’intelligence nous ont conquises dès le début de la série.

Le duc de Villiers revient en sauveur des couples. Nous avons hâte également de voir avec qui il va finir et comment ce séducteur impénitent va s’en sortir avec une femme dans le dernier tome de la série.

Le récit d’Isidore et Siméon a cependant le mérite de faire ressortir des détails historiques du quotidien de l’époque, de montrer quelques touches d’humanité en parlant également de la condition des villageois ( et sans se complaire dans le sordide !).

Le livre reste frais et agréable à lire malgré d’énormes longueurs et une histoire qui ne décolle vraiment que vers la page 180.

Les points forts : l’héroïne, qui a une bonne psychologie.

Les points faibles : Le duc, qui manque de caractère face à une mère hystérique et névrosée. L’omniprésence tout au long du livre des problèmes de fosses, au bout d’un moment cela devient pesant. Il est étonnant que l’homme qui gérait les affaires du duc lorsqu’il était à l’étranger ne l’ait pas prévenu du manque de factures et de règlements à effectuer pour l’entretien de son patrimoine. C’est illogique, le duc d’une façon ou d’une autre aurait dû être allerté, même par des amis ou de la famille. Son petit frère ne lui écrivait-il pas ?

__________________________________________________________

En détail :

Lady Isidore d’Eloisa James

Titre : ♥♥♥♥♥
Couverture : ♥♥♥

Histoire : ♥♥♥

Style : ♥♥♥

Intelligence : ♥♥♥

Humour : ♥♥
Dialogues : ♥♥
Les personnages : ♥♥♥

L’histoire d’amour : ♥♥
Sexe : ♥♥
Rythme : ♥♥

Intrigues : ♥♥

One comment

  1. Oui, ce qu’on attend toute, c’est de connaître l’aboutissement de l’histoire de Jemma et de Villiers. L’histoire sur Isidore est sympa, sans plus.

     

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.