La Dame de la brume de Sabrina Jeffries

 

La Dame de la brume de Sabrina Jeffries

Note :

1/2

superstition galloise et crimes

(Note de Miss Pop Art)

 

Série : –
Année : 1996
Traduction :  Catherine Berthet
Tire original : Winswept
Éditions : J’ai Lu Aventures et Passions / 2019 Contexte : Malédiction/prophétie
Ton : 100% romantique
Profil du héros : gentleman Professeur
Epoque : 19e Pays : Angleterre

♥ Résumé officiel  :

Brillant érudit, Evan Newcome n’avait qu’un seul ami, son cher Justin qu’il a trouvé poignardé devant une taverne londonienne. Résolu à confondre l’assassin, il se rend au pays de Galles en quête de la dernière personne qui aurait vu Justin vivant : une femme appelée la Dame de la Brume, étrange personnage qui vit dans l’isolement. Evan s’attend à tomber sur une vieille sorcière, il découvre une délicieuse jeune femme, fine lettrée elle aussi, dont la beauté envoûterait le plus prudent des hommes.

♥ Résumé du blog :

Catrin Price, Dame de la Brume, cherche désespérément  le calice qui mettra fin à la malédiction que subit les femmes de sa lignée. En effet, celles-ci deviennent toutes veuves et leurs fils meurent. Le calice est entre les mains de Lord Mansfield qui accepte de le lui vendre. Mais le soir de la transaction, ce dernier se fait assassiner. Depuis, Catrin est la 1ère suspecte. La mère du défunt prévient la police et le meilleur ami de ce dernier, Evan Newcome, décide lui aussi d’enquêter sur cette fameuse Dame de la Brume. Pensant qu’il s’agit d’une vieille femme, il est surpris de découvrir une magnifique jeune femme, à l’opposé d’une meurtrière. Mais Catrin s’enlise vite dans les mensonges pour sauver sa réputation et l’estime que lui porte Evan, lequel, va vite découvrir la vérité.
 

♥ Avis :

Sabrina Jeffries a rédigé ce livre en 1996. L’on sent poindre déjà son sens inné du suspense et de la romance d’aventure. Néanmoins, si ce livre contient une trame bien bâtie et des personnages attachants, il fait pâle figure à côté des derniers ouvrages de l’écrivain, notamment de la série les Hussards de Halstead, rédigés de main de maître, brillamment conçus et dotés d’un style vif et d’un ton humoristique qui ravissent les lecteurs.

Le récit repose sur une prophétie galloise émise par l’une des ancêtres de Catrin : sans le calice, pas de bonheur possible ni en couple ni en famille. Les maris mourront et les fils aussi. Catrin est devenue veuve le jour-même de son mariage et recherche désespérement le calice qui pourrait la sauver de cette malédiction.

Tout le village se ligue pour protéger Catrin des griffes de l’inspecteur et d’Evan, à l’exception de son beau-père. Le personnage secondaire de Bos, le majordome protecteur, apporte beaucoup au livre et aurait pu être encore davantage développé.

L’héroïne paraît un peu trop ingénue, bonne et naïve, dans une espèce de bulle, mais sa quête du bonheur nous rallie à sa cause. Le héros manque de confiance en lui, se rabaisse du fait de son niveau social, mais il est plein d’amour, il défend des valeurs morales et c’est un homme loyal et droit, empreint de courage qui n’hésite pas à défendre Catrin quand elle est fustigée par son beau-père en public.

Malheureusement, l’on sait très vite qui est le méchant, ce qui enlève beaucoup au suspense du livre, mais nous lisons cette histoire avec grand plaisir comme toujours car le style de Sabrina Jeffries nous entraîne dans des récits rythmés que l’on peine à lâcher.

 

 

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.